Haïti : Le deuxième dimanche de temps de Carême, 25 février est Jour National de Justice et Paix pour l'Eglise d’Haïti

 

de la Commission Episcopale Nationale Justice et Paix
 
23/2/18 - Chaque année, le deuxième dimanche de temps de Carême, dimanche de la Transfiguration, est célébré comme « Dimanche de Justice et Paix » dans l’Eglise d’Haïti. Cette année, la Commission Episcopale Nationale Justice et Paix propose le thème suivant pour la réflexion durant le temps de Carême : « L’Espoir est une force qui nous permet de reconstruire Haïti ».

Dans son travail et ses réflexions, la Commission constate comment le désespoir et la déception envahissent la vie des gens. La gestion politique du pays n’aide pas à l’avancement du pays. L’économie est dans une impasse : elle est basée sur la spéculation financière, non pas sur l’activité productive. L’encadrement technique et financière des travailleurs de la terre dans le monde rural fait défaut. Le taux élevé de chômage empêche la majorité de population de satisfaire à ses besoins fondamentaux : santé, école, nourriture, un logement adéquat.
 
La formation professionnelle, les infrastructures et les routes, l’eau potable, l’énergie électrique, les prévisions sanitaires et autres font défaut. La justice est boiteuse et même absente, à cause des grèves à répétition des juges et greffiers qui réclament de meilleures conditions de travail. La situation de la détention préventive prolongée dans les 17 centres de détention et prisons du pays s’aggrave.
 
La violence, la criminalité et l'insécurité sont causes de profondes souffrances en plusieurs endroits. Un grand nombre de jeunes fuient le pays à la recherche de meilleures conditions de vie ailleurs. La corruption, l’impunité, le vol et le détournement des ressources destinées à la collectivité, ne font qu’aggraver la situation. Est-ce que le pays ne sortira jamais de ces conditions de vie intolérables ?
 
Le temps de Carême nous met en face de ces questions. Notre foi chrétienne, la foi des disciples de Jésus Christ, nous enseigne que nous sommes créés pour la Vie. La Vie est en nous et au milieu de nous, elle nourrit notre espoir et espérance pour une Haïti meilleure, plus correcte avec davantage de justice. Oui, nous croyons dans la force de l’Esprit de Dieu qui se joint à notre esprit pour soutenir les bonnes qualités présentes dans notre peuple et en nous-mêmes.

Ainsi, la Commission Justice et Paix a le courage d’attirer l’attention de tous et de toutes sur des signes d’espoir et d’espérance qui sont également présents dans notre pays. Il faut apprendre à les observer, les apprécier et les soutenir. Chacun de nous doit devenir un signe d’espoir pour notre pays. Regardons cela de plus près :
 
  • Les multiples mouvements paysans et organisations qui assurent l’encadrement ceux qui travaillent la terre : ce sont des signes d’espoir ;
  • Les mouvements de femmes qui réclament justice et qui permettent aux femmes de subvenir aux besoins de leurs familles, et de mieux participer à la vie politique et sociale : ce sont des signes d’espoir ;
  • Les familles où l’on s’entraide mutuellement, où la vie et les qualités positives de notre peuple sont  transmises : ce sont des signes d’espoir ;
  • Les jeunes eux-mêmes qui prennent des initiatives dans les quartiers urbains et ruraux, pour changer les conditions de vie des gens pour un lendemain meilleur : ce sont des signes d’espoir ;
  • Dans l’Eglise, nous constatons la présence de nombreuses institutions comme la Conférence Haïtienne des Religieux et Religieuses, le Journal Bon Nouvèl, la Commission Justice et Paix, le Mouvement Eucharistique des Jeunes, le mouvement Chiro, et tant d’autres groupements : ce sont des signes d’espoir ;
  • Dans la société civile, la prise de conscience progresse, ensemble avec la volonté d’en finir avec la corruption : C’est un signe d’espoir ;
  • Tous les efforts qui sont déployés pour réduire dans le pays la violence qui se présente sous différentes formes : ce sont des signes d’espoir.

Ce sont les signes que le temps dans lequel nous vivons nous offre pour soutenir notre espoir et espérance comme une force de Vie. C’est ainsi que parle l’Evangile de Marc 13, 28-29 : «Comprenez cette comparaison du figuier : dès que ses rameaux deviennent tendres et que ses feuilles poussent, vous reconnaissez que l'été est proche. De même vous aussi, quand vous verrez cela arriver, sachez que le Fils de l’Homme est proche.»

Ne laissons pas les signes d’espoir disparaitre, mais partageons l’espoir et l’espérance autour de nous ; permettons ces signes de grandir et se renforcer pour reconstruire nos communautés et notre pays ; créons davantage de signes d’espoir et d’espérance pour l’avenir. Continuons le travail pour réaliser un changement réel dans nos vies et notre société.

A l’occasion de la Journée Nationale Justice et Paix, en ce deuxième dimanche du temps de Carême, la Commission compte sur vos prières, sur votre participation et votre généreuse contribution financière pour permettre à la Commission de continuer son travail au service des marginalisés. Nous vous remercions de tout cœur, et nous vous souhaitons une bonne fête Justice et Paix.

Port au Prince, 25 février 2018
Haiti, National Justice and Peace Day, the National Justice and Peace Commission