L’idée d’une icône dédiée à Pax Christi International a émergé dans le cadre des activités du mouvement au Moyen Orient en 1999 : l’Assemblée Internationale qui s’est tenue à Amman et à Jérusalem, et une série de visites en Egypte, en Israël, au Liban et en Palestine. L’icône représente le Christ comme source de réconciliation, de libération et de paix. Cette icône représente en elle-même le lien vivant qui existe entre les traditions orientales et occidentales dans l’expression de la paix du Christ.

Les icônes occupent une place centrale et vitale dans la vie religieuse des Chrétiens byzantins, tant Orthodoxes que Catholiques. Dans la tradition chrétienne orientale, une icône est une représentation visible du Divin. L’iconographe a un rôle important dans la réalisation du processus spirituel.

La création d’une icône est un procédé qui implique des cessions de prière et de jeûne. Il requiert en outre une connaissance de la longue tradition iconographe de l’Eglise, des codes du Droit canonique de l’Est comme de l’Ouest, et une certaine familiarité avec les traditions et l’enseignement des Conseils œcuméniques.


L’icône n’étant pas un travail artistique ordinaire, les Conseils œcuméniques ont formulé des orientations et des instructions spécifiques à la création de ces objets sacrés. De la même manière que Dieu a créé le monde en commençant par les ténèbres et en finissant par la lumière, une icône est peinte en commençant par les parties les plus sombres et en finissant par les plus claires. Lorsqu’une icône est terminée, elle fait apparaître une fenêtre vers le paradis. L’icône de Pax Christi International, créée par le Couvent Saint-Jean-du-Désert, situé près de Jérusalem, a été dédié au mouvement le 1 Juillet 1999 dans la cité sacrée de Jérusalem. Elle est actuellement exposée au Secrétariat International de Bruxelles, en Belgique. Les Organisations Membres peuvent demander à emprunter l’Icône afin d’organiser des expositions au sein de leur communauté locale. La partie supérieure de l’icône représente la réconciliation de Jacob et Ésaü ; ils sont entourés par Sainte Claire et Saint François d’Assise, par Sainte Marie Madeleine, Saints Boris et Gleb (deux princes russes frères), par Sainte Sophie et ses trois filles, Foi, Espoir et Amour, et par Saint Etienne, le premier martyr.

La partie inférieure de l’icône représente d’autres thèmes des Ecritures : Sarah et Isaac (Genèse 2& :12), Agar et Ismaël (Genèse 21 :13), Jésus et la Samaritaine (Jean 4 : 5-26), Jésus et la Syrophénicienne (Marc 7 : 24-30), Jérusalem au Paradis (Joël 4 : 16-17) et la Prière du Seigneur (Luc 11 : 2-4).