Pax Christi Britain

 

La Croix Blanche

La Croix blanche est un symbole propice pour transmettre les croyances et façons de travailler que nous avons adopté dans l’antenne britannique de Pax Christi. La croix représente en premier lieu une approche « fait maison » dans sa conception même. Elle est très simple : deux morceaux de bois, peints en blanc, sont vissés l’un à l’autre de sorte qu’ils puissent être facilement pliés pour former un bâton discret, ou dépliés pour former très rapidement une croix. Ces croix sont légères, pratiques et faciles à transporter – même dans les wagons bondés du métro londonien. Elles voyagent facilement. Elles sont faites pour l’action de terrain, apportant littéralement au gens dans la rue le message de Pax Christi.

Les croix blanches ont pris part à de nombreuses actions ces 30 dernières années. Elles nous ont accompagnées à Faslane, la base nucléaire sous-marine d’Ecosse ; à Porton Down, le laboratoire de recherche chimique et biologique de Salisbury Plain ; à Greenham Common et au Ministère de la Défense. Nous nous sommes tenus avec elles devant des ambassades, des cathédrales, des bases militaires, and nous avons marché avec elles lors de pèlerinages œcuméniques pour la paix.

Ces croix blanches ne sont pas des symboles de dévouement personnel, joliment peintes pour qu’on les admire comme des icônes. Non, la croix blanche est une déclaration publique, peinte en blanc pour qu’elle se détache dans la foule ; délibérément photogénique pour attirer la presse et les caméras de télévision.

 

La présence de la croix parle à bien des niveaux. Elle montre tout d’abord à nos amis du mouvement pour la paix que nous sommes présents, avec eux. L’un des rôles de Pax Christi est souvent de constituer un pont entre l’Eglise et le mouvement pour la paix, afin de les aider à se comprendre. Nos organisations sœurs pour la paix reconnaissent et respectent la contribution des groupes chrétiens. Lors de moments émotionnellement forts, notre tradition liturgique a apporté dignité et modération à des manifestations qui sinon auraient pu devenir menaçantes et même violentes. La vue de la croix blanche au milieu des habituelles banderoles rouges et noires peut être polémique dans un pays où les Eglises représentent une bonne part de la classe dirigeante.

Elle défie l’étiquetage hâtif de toutes les activistes politiques avec des stéréotypes : en colère, jeunes, anarchistes, violents, communistes, marginaux, agitateurs, extrémistes. Nombreux sont ceux qui préfèrent que les Eglises demeurent dans leur pré carré, bénissant le statu quo et se cantonnant à des questions de morale privée et de piétée. En utilisant des cérémonies et symboles religieux traditionnels, nous espérons toucher directement le cœur et l’esprit de nos frères chrétiens. Nous espérons que la vue d’un objet familier à un endroit inattendu suscitera des questionnements et un intérêt pour la lutte pour la paix que nous défendons. A nos frères chrétiens, aux personnes de foi différente et à la Grande-Bretagne laïque, le message visible est que la croix est juste là, au cœur de la lutte pour la paix, les droits de l’homme et la justice. La présence de la croix est un signe de solidarité envers ceux qui souffrent.

 

C’est également une affirmation de notre croyance en une autre manière de vivre, un rappel que nous avons un choix à faire. Les croix sont parfois décorées avec des fleurs ou des images qui représentent tout ce qui est un espoir pour la vie dans les endroits dont le but est la destruction : « Choisissez la vie, que vous et vos enfants puissiez vivre. » Porter ces croix, petites, insignifiantes, et même ridicules en comparaison avec la taille des équipements, machines et missiles auxquelles elles s’opposent, est un signe d’espoir, de croyance en une autre force, celle du pouvoir de la non-violence qui, contre toute attente, triomphera dans la lutte entre le bien et le mal.

 

 

La Croix de Cendre :

Les actions d’artisans de la paix chrétiens pendant le Carême, sur des sites militaires, des établissements et bâtiments gouvernementaux ont contribué à la dénonciation et la révélation au grand jour de situations qui perpétuent la violence et l’injustice. Faire l’inscription d’une croix ou écrire le mot « Repent » [se repentir], avec de la cendre et du charbon sacrés sur un bâtiment peut paraître quelque peu extrême. Ces formes de témoignages peuvent cependant créer un espace pour que les chrétiens expriment pleinement leur humanité, leurs peurs, leur colère, leur foi et leur espoir – dans des endroits où des entreprises de déni et de destruction de la vie sont en cours. Ces témoins disent, en leur nom et au nom de la communauté chrétienne, que « ce qui se passe ici n’est pas le plan de Dieu ».

 

Litanie du Mercredi des Cendres

Leader: Le trident est le signe opposé de la croix. Il menace arrogamment de défaire le travail réalisé par la croix. Par le Trident, tout sera détruit.

Réponse : Par la Croix, tout sera réconcilié.

L : Le signe de l’époque nucléaire est le Trident.

R: Le signe du Christ est la croix.

L: Avec le Trident, la violence est victorieuse.

R: Avec la Croix, la violence est vaincue.

L: Avec le Trident, le mal domine.

R: Avec la Croix, le mail a été vaincu.

L : Avec le Trident, la mort règne en maître.

R: Avec la Croix, la mort a été engloutie. En cette époque nucléaire, adoptons le signe de la Croix.


 

Jésus meurt sur la croix

Jésus est mourant,

Suspendu à cette croix,

Maintenu non pas par ces clous cruels

Mais par son propre immense amour

Pour toute l’humanité.

Il est le frère de tous ceux qui souffrent,

L’ami de toutes les victimes.

Il fait un avec les torturés, avec ceux qui sont seuls,

Avec les réfugiés et tous ceux qui ont peur.

Anthea Dove : The Way of the Cross

(Pax Christi/CAFOD, 1997)