La déclaration : Les négociations relatives à l’interdiction des armes nucléaires. Quatre appels aux gouvernements pour un traité axé sur le facteur humain

 

Pour voir et télécharger cette déclaration en format PDF en anglais, cliquez ici.

Pax Christi International salue la décision de l’Assemblée générale de l’ONU de négocier la prohibition juridiquement contraignante d’armes nucléaires. Nous considérons comme une étape importante l’interdiction explicite des armes nucléaires par un traité international et voyons ce traité comme un exercice de valeurs morales et de responsabilités mondiales requises pour construire un monde plus sûr et plus durable. De plus, un traité d’interdiction des armes nucléaires ne devrait pas être considéré comme une étape révolutionnaire, mais plutôt comme la prochaine étape logique avec l’objectif presque universel d’un monde sans armes nucléaires. Elle renforcerait également le Traité de non-prolifération en renforçant l’obligation existante de réaliser le désarmement nucléaire. Nous demandons à tous les gouvernements de s’acquitter de leurs responsabilités et d’assister aux négociations sur l’interdiction des armes nucléaires en mars et juin-juillet 2017.

Les armes nucléaires sont des instruments de violence ultime. Notre planète n’a pas de place pour les armes d’une telle terreur et d’une destruction massive. Posséder une telle arme provoque des effets néfastes sur l’humanité propre à chacun. Leur présence dans une ère d’interdépendance croissante est une insulte à la dignité humaine. Les armes nucléaires sont conçues pour causer des conséquences humanitaires catastrophiques et leur utilisation, en toutes circonstances, est injustifiable et impensable. L’Église catholique a ouvertement critiqué la nature aveugle des armes nucléaires : « Tout acte de guerre visant indistinctement la destruction de villes entières ou de vastes zones, ainsi que leur population est un crime contre Dieu et contre l’homme lui-même et mérite une condamnation sans équivoque et sans hésitation ».[1]

Libérer le monde des armes nucléaires demeure l’intérêt public mondial du plus haut ordre et la responsabilité de tous les États. Les impératifs humanitaires conduisent ces négociations vers une interdiction claire et explicite de l’arme la plus destructrice jamais créée. La protection nécessaire des peuples et de la planète dépend d’une interdiction légale complète des armes nucléaires conduisant à leur élimination totale. Tant que les armes nucléaires existent, le risque de l’utilisation intentionnelle ou accidentelle d’armes nucléaires est réel. La seule façon d’éliminer ce risque est de détruire toutes les armes nucléaires. Notre mouvement demande donc aux gouvernements de considérer ces paramètres axés sur l’homme pour les négociations sur l’interdiction des armes nucléaires :

1. Élaborer un dispositif juridique solide 

Notre mouvement appelle les gouvernements à fixer comme objectif principal du traité l’interdiction de la possession et de l’utilisation d’armes nucléaires avec une obligation de leur élimination. En mettant l’accent sur ces principes fondamentaux, il faut également interdire toute la gamme des activités connexes, telles que le développement, le déploiement, la production, les essais, le stockage, le transfert, la menace d’utilisation et l’assistance à ces activités. Ces mesures doivent être sans ambiguïté. L’interdiction explicite et contraignante non seulement interdit et stigmatise davantage les armes nucléaires, mais renforcera également les bases existantes visant ainsi leur élimination finale.

2. Assumer sa responsabilité en tant majorité des États

Pax Christi International affirme fermement que tous les États et les peuples qu’ils représentent ont un intérêt dans ces négociations. Il faut donc que le mouvement en faveur d’un traité d’interdiction des armes nucléaires soit une initiative d’une majorité d’États, dont beaucoup ont renoncé aux armes nucléaires et ont créé des zones exemptes de telles armes. Cette majorité assume maintenant le rôle de premier plan dans le cadre de l’interdiction universelle des armes nucléaires. Les organisations internationales et les réseaux de la société civile y participent. Nous appelons tous les gouvernements à participer activement aux négociations sur l’interdiction des armes nucléaires. Les risques mondiaux associés aux armes nucléaires demandent de tenir compte de la minorité d’États qui possèdent des armes nucléaires ou s’appuient sur elles. Ces États doivent s’engager avec la majorité de bonne foi, car la défaillance juridique concernant cette arme de destruction massive est enfin rectifiée.

3. Agir sur les valeurs humaines et les obligations juridiquement contraignantes

Il existe une obligation juridiquement contraignante de « poursuivre les négociations de bonne foi sur les mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires dans les plus brefs délais et au désarmement nucléaire ».[2] Certains États qui n’ont pas leurs propres armes nucléaires sont membres d’alliances nucléaires ou s’appuient d’une autre manière sur des armes nucléaires. Ils prônent l’élimination des armes nucléaires, mais continuent de s’appuyer sur elles. Notre mouvement croit qu’un traité d’interdiction, qui est un instrument de sécurité collective pour tous, offre une voie pour aligner leurs obligations sur leurs aspirations. Pax Christi International appelle les États à dépendance nucléaire à agir sur leurs valeurs humaines fondamentales, à affirmer l’interdiction des armes nucléaires plutôt qu’à s’en abstenir, et à s’engager de manière constructive et de bonne foi dans les négociations.  

4. Interdire les armes nucléaires pour un avenir durable

L’interdiction des armes nucléaires est désormais un test de l’engagement international en faveur del’ avenir durable, conformément aux Objectifs de développement durable (ODD). Une étude de Chatham House en 2016 a noté que « les armes nucléaires représentent des dangers majeurs pour la santé mondiale, le développement, le climat, les structures sociales et les droits de l’homme. La détonation des armes nucléaires aurait des conséquences désastreuses immédiates et à long terme à la fois dans la zone de la détonation et dans de nombreuses autres parties du monde ».[3] Pax Christi International exhorte donc les États à contribuer aux ODD à cette étape critique dans l’histoire de l’humanité en interdisant les armes nucléaires.

À l’occasion de la conférence de Vienne de 2014, le Pape François s’est ainsi exprimé sur l’impact humanitaire des armes nucléaires : « Je suis convaincu que le désir de la paix et de la fraternité ancré profondément dans le cœur humain portera des fruits concrets pour que les armes nucléaires soient interdites une fois pour toutes au profit de notre maison commune. La sécurité de notre propre avenir dépend de la garantie de la sécurité pacifique des autres, car si la paix, la sécurité et la stabilité ne sont pas établies à l’échelle mondiale, elles n’apporteront pas de joie du tout ».[4]

Pax Christi International est un mouvement de paix catholique et religieux qui comprend 120 organisations membres dans le monde entier agissant en faveur de la paix, du respect des droits de l’homme, de la justice et de la réconciliation.



[1] Gaudium et Spes, « Constitution pastorale sur l’Église dans le monde de ce temps », le deuxième Concile du Vatican

[2] Le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, Article VI

[3] Chatham House, Nuclear Disarmament: The Missing Link in Multilateralism, disponible en ligne : https://www.chathamhouse.org/publication/nuclear-disarmament-missing-link-multilateralism

 

statement, Nuclear disarmament, nuclear weapons ban, nuclear weapons ban treaty